Les Biographies des Musiciens....

Trouvez ici toutes les infos annexes concernant les spectacles et les artistes....

logo novotel

pour télécharger le programme complet :

les biographies des artistes et le dossier de presse, cliquez ici

 


En hommage à Jacques LEVY
Jacques ,
Lorsqu’en 1979, il y a 31 ans, vous avez exposé à un petit groupe d’amis votre rêve de combler le manque de concerts à Nîmes au 4ème trimestre de chaque année, dans les 48 heures vous avez décidé de lancer l’octobre musical de Nîmes, très vite élargi à un Automne Musical sur 2 mois ½ et sur tout le Gard, dans une dizaine de villes et villages.
Vous avez lancé des concours dans les écoles avec l’appui actif de l’Académie de Nîmes, opéré des rapprochements avec le théâtre de Nîmes (plusieurs o-accueils), le Conservatoire National de Musique de Nîmes, des associations diverses, des sponsors connus, édité et diffusé chaque année un programme (dont 2000 par lettre), etc.…
Je préciserai que les programmes des concerts strictement de l’ANIM n’étaient pas tirés d’une liste fournie par les intervenants, mais étaient bâtis selon vos demandes précises en fonction des thèmes de chaque Automne Musical des qualités des interprètes, de la salle parfois, etc.…
Il est souvent arrivé que des musiciens retravaillent ou montent des œuvres nouvelles après ces échanges approfondis avec vous. Je ne citerai que le Quatuor Elysée qui a mis ensuite cette œuvre à leur programme de tournée musicale….
Il y eut des difficultés, mais vos éminentes qualités ont permis de les surmonter
Doté d’une vaste mémoire, d’une grande capacité de lecture, d’une grosse capacité de travail, voyageant volontiers, vous étiez d’une exigence extrême pour vous-même et les autres, amoureux de la qualité et des détails.
Vous aviez une grande force de conviction, adossée à un réel investissement personnel, mais dans le respect, la diplomatie, la droiture, la parole donnée non reprise, aussi dans des amitiés affinées.
Cette effervescence de réflexions, d’animations, de rencontres, cette somme de succès ne peut être séparée de toutes vos autres activités et réalisations : toutes étaient entrelacées, malgré les contraintes de temps disponible à morceler, mais réunies dans votre tissu culturel rare, les grandes questions artistiques, géopolitiques, métaphysiques et bien d’autres aussi bien pour les séries annuelles de conférences, au Carré d’Art, pour les œuvres musicales ou au Musée des Beaux Arts sur la peinture ou des rapprochements tableaux-musiciens en mini-concert. Vos recherches approfondies sur Rembrandt, etc.…
Encore des traductions en anglais, en italien, vos conférences à Gênes sur l’harmonie, l’ devant des étudiants de l’Université et de l’Ecole d’architecture, en italien… Ou bien dans la sphère culturelle, les groupes et débats chez l’un ou l’autre, la Semaine annuelle du Film Juif, les colloques sur l’Histoire, la Musique (Nîmes, Valbonne). J’en oublie…
TOUT CECI, C’EST VOUS
Je voudrais aussi souligner ici, cher Jacques votre discrétion et votre modestie.
Discrétion sur ce que vous pensiez, faisiez, projetiez…
Modestie sur les résultats, même excellents, une certaine retenue de briller que nous apprécions autours de vous.
Mais, de ce fait, combien de personnes ont bien connu votre parcours d’excellence ?
Deux exemples :
Combien ont su que, à Alger, vous aviez participé à des recherches poussées sur Albert Camus et à l’édition de ses œuvres ? Vous avez été co-fondateur d’un journal littéraire ?
Combien ont su que vous avez traduit en français, pour l’éditeur Acte Sud, le livre récent d’un américain sur les Juifs dans notre région ?

Vous êtes Grand, JACQUES
Nous vous remercions pour ce que vous nous avez donné,
Vous manquerez à la musique, à l’Art, à Nîmes,
Vous manquez à nos cœurs,
Vous manquez à nos âmes

ADRIEN MARCHAL

retour en haut...


Félicien Brut
Né en 1986 en Auvergne, terre de musique traditionnelle par excellence, l'un des berceaux de son instrument, Félicien entame sa formation musicale dès l'âge de six ans en abordant, en premier lieu, le répertoire musette et po- pulaire intrinsèquement lié à l'histoire de l'accordéon. En 1996, il intègre le CNIMA-Jacques Mornet, école phare pour son instrument où il découvre, au contact de nombreux accordéonistes français et étrangers, les répertoires swing, classique et contemporain.
Sans choisir une esthétique plutôt qu'une autre, il va très tôt affirmer son envie de travailler dans tous les styles, dans tous les répertoires. En 2007, Félicien réalise l'exploit de remporter successivement les trois plus grands concours internationaux d'accordéon existants : le Concours International de Klingenthal en Allemagne, le Concours International de Cas- telfdardo en Italie et le Trophée Mondial d'Accordéon à Samara en Russie. Ces récompenses le propulsent dès 2008 sur les scènes internationales de nombreux festivals en Russie, Italie, Norvège, Finlande, Portugal, Serbie. En avril 2016, Félicien son premier album Soledad del Escualo avec le Trio Astoria, formation dédiée au Nuevo Tango d'Astor Piazzolla, mais c’est l’année 2017 qui marque un tournant majeur dans son parcours.
Il choisit en effet de s'entourer du Quatuor Hermès et du contrebassiste Édouard Macarez au sein de l'étonnant projet "Le Pari des Bretelles", se fixant pour défi de réunir Musette et Musique Classique au sein d'un même programme. Le succès de cette formation est immédiat et l’amène à se produire dans des salles et festivals prestigieux comme la Seine Musicale, la Folle Journée de Nantes, le Festival Classique au Vert, les Flâneries Musicales de Reims, etc. Félicien était l’invité du Festival "Un Violon sur le Sable" à Royan pour la création de Caprice d’accordéoniste, pièce pour accordéon soliste et orchestre symphonique, commandée à son compositeur fétiche Tibault Perrine.
Il créera en avril 2019 le concerto Souvenirs de bal avec l’Orchestre de Cannes tout en continuant à faire entendre son Pari des Bretelles en Pologne, au Japon, en Allemagne et, en février 2019, lors d’une soirée exceptionnelle au Théâtre Marigny. Félicien joue sur un Bayan Bugari Selecta accordé et entretenu par Stéphanie Simon, ainsi que sur un modèle "Super Prodige" de la marque Piermari
retour en haut...


Julien Martineau
Julien Martineau est l’un des rares mandolinistes en Europe à mener une carrière de concertiste. En 1998, Il remporte à 19 ans le Prix Giuseppe Anedda au concours international de mandoline de Varazze en Italie présidé par Ugo Orlandi
Après des études musicales aux conservatoires d’Argenteuil et de Rueil-Malmaison, Julien Martineau joue dès l’âge de 16 ans à l’Opéra de Paris ainsi qu’avec le pianiste Alexandre Tharaud pour quelques concerts privés. Elève au lycée Condorcet à Paris, il découvre alors un monde musical fascinant qui le conduit à choisir une carrière musicale plutôt que scientifique. Dès lors il explore le répertoire de la mandoline, perfectionne l’instrument avec des luthiers et développe de nouvelles cordes avec Savarez, tout en poursuivant des études de musicologie à la Sorbonne et au CNSM de Paris.
En 1998, Il remporte à 19 ans le Prix Giuseppe Anedda au concours international de mandoline de Varazze en Italie présidé par Ugo Orlandi. Et en 2002, il obtient un DEA (master) de musicologie de l’université de la Sorbonne à Paris.Ses qualités musicales, loin des clichés de la mandoline, font de lui un musicien apprécié de partenaires renommés. Avec Bertrand Chamayou, il conçoit notamment un programme de sonates pour mandoline et piano du XVIIIe siècle à nos jours. Et avec Jean-François Zygel il collabore à plusieurs spectacles ainsi qu’à l’émission La Boîte à Musique sur France 2, jouant, entre autres, les pièces de Beethoven pour mandoline et piano. Il accompagne des chanteurs tels que Natalie Dessay, Thomas Hampson, Ludovic tézier, Florian Sempey et Laurent Naoury.
Julien Martineau se produit en soliste dans des salles et des festivals prestigieux : Théâtre du Châtelet, Théâtre des Champs-Elysées et Sorbonne à Paris, Grand Théâtre d’Aix-en-Provence, Halle aux Grains à Toulouse, Victoria Hall etGrand Théâtre à Genève, Festival de Besançon, Music Atlantico aux Açores.
En 2013, Julien Martineau a enregistré l’intégrale des Préludes de Raffaele Calace pour mandoline solo considérés comme l’équivalent des Caprices de Paganini pour le violon. A cette occasion, l’Institut Français lui organise à une tournée de 15 concerts dans 11 pays d’Afrique.
En novembre 2014, l’Orchestre du Capitole de Toulouse l’invite à jouer les concertos de Vivaldi sous la direction de Rinaldo Alessandrini. C’est toujours avec l’Orchestre du Capitole qu’il créera en septembre 2016 le concerto pour mandoline de Karol Beffa.
Depuis 2005, Julien Martineau est professeur au Conservatoire de Toulouse, et en 2013, l’Académie des Arts, Lettres et Sciences du Languedoc lui décerne le Prix Déodat De Séverac.

retour en haut...

 


Florence Dume
En 1989, elle est reçue au Conservatoire National de Région de Paris où elle remporte la même année un Prix d’Excellence à l’unanimité.
Elle complète sa formation en suivant des stages avec Pierre Doukan,
Jean-Jacques Kantorow,Gérard Poulet et Nadejda Bechkina à Moscou.
De 1990 à 1992, elle est violon solo à l’Orchestre de Bretagne.
Elle participe également en 1992 et 1993 aux concerts et tournées au sein de l’Orchestre des Jeunes de la Communauté Européenne, sous la baguette de chefstels que Mstislav Rostropovitch, Carlo Maria Giulini,Bernard Haitink ou Vladimir Ashkenazy. Elle se produit également en musique de chambre et joue avec Aner Bylsma et Régis Pasquier. En 1994, elle est soliste à l’Orchestre Symphonique Français, puis en1998 elle entre à l’Orchestre Philarmonique de Monte Carlo. Depuis septembre 1999, Florence Dumé est soliste à l’Orchestre de Picardie

retour en haut...


Alain Moglia
Alain Moglia obtient un premier prix de violon au CNSM de Paris à l’âge de seize ans. Dès 1961, il commence une vie musicale internationale avec des tournées de musique de chambre en Europe, Canada et USA, puis c’est la rencontre déterminante avec Jean-Claude Malgoire. Violon solo à «La Grande Ecurie et la Chambre du Roy», Alain Moglia prend part activement à la redécouverte de la musique baroque en France, enregistre de nombreux disques chez CBS et effectue régulièrement des tournées, notamment au Théâtre Conlon de Buenos-Aires.
En 1965, Alain Moglia participe à la création du célèbre Octuor de Paris puis devient en 1967 membre de l’Ensemble Instrumental de France. Violoniste à l’Orchestre de l’Opéra de Paris de 1966 à 1973, il fait aussi partie du quatuor Via Nova dès sa création en 1970 et enregistre chez Erato.
En 1992 il devient Directeur Musical de l’Orchestre de Chambre National de Toulouse, Alain Moglia est sans nul doute l’un des musiciens les plus complets de notre temps. En près de quarante ans de carrière, il a presque tout joué et ce dans les salles les plus prestigieuses de la planète. Acteur central des deux grandes aventures musicales de la fin du XXe siècle, les musiques baroque et contemporaine Dans le cadre de l’exposition «Paris-Moscou» à Beaubourg il fait découvrir au public le concerto pour violon de Roslawets. «Mikka» et «Mikka’s» de Xenakis et la Sequenza pour violon de Berio figurent en tête de son répertoire de prédilection. A l’issue d’un concert au Théâtre des Champs-Elysées où Alain Moglia interprétait sa Sequenza, Berio déclara au critique musical Pierre Petit que «c’était la meilleure interprétation de son œuvre à laquelle il ait pu assister».
A la suite de Malgoire et de Boulez, Daniel Barenboïm apparaît comme la troisième grande figure musicale dans la carrière d’Alain Moglia qui occupe alors, de 1977 à 1990, le poste de premier violon-solo de l’Orchestre de Paris. Il devient ainsi le partenaire privilégié des grands chefs invités de l’orchestre: Bernstein, Böhm, Jochum, Kubelik, Matacic, Giulini, Solti, Abbado, Mehta, Chailly, Sinopoli.

retour en haut...


Bertrand Dazin
Bertrand Dazin est chanteur contre-ténor, haute-contre, alto. Il a enrichi son art du chant d’autres techniques : danse, théâtre, cinéma, arts martiaux. Il cherche à mélanger les genres artistiques. Il a la possibilité physique d’être plus qu’une voix, de grimper, danser, jouer, fusionner avec un interprète aérien dans le domaine du cirque notamment.
Dès l’âge de sept ans jusqu’en 1995, il fait partie des Petits Chanteurs de Lille et de la Maîtrise Boréale dirigé par Bernard Dewagtère.
Après ces années passées dans le spectacle vivant (théâtre et danse), Bertrand Dazin renoue avec le chant soliste à travers diverses expériences en récitals ou mises en scène au théâtre. Après le CNR de Lille et de Versailles, dans la classe de Philippe Balloy, et Gaël de Kerret, il est admis au sein du Centre de Musique Baroque où il a suivi les master-class d’interprétation, technique vocale, danse et gestuelle baroques, notamment auprès de H. Crook, N. Barker, M. Koenigsberger, J. Corréas, P. Eswood, S. Intrieri, F. Deniaux, B. Cramoix. Il est élève particulier de James Bowman qui le parraine depuis 1995, ainsi que de Gaël de Kerret et Guillemette Laurens.
Il a travaillé avec de grands chefs tels que Jean-Claude Malgoire, Olivier Schneebeli, Laurence Equilbey, Michel Laplénie, Franz Bruggen, Christophe Rousset, Michel Piquemal, Martin Gester, Pierre Cao, Paul Colléaux, Gabriel Garrido, Marc Minkowski, Michel Brun, Jean- Christophe Spinosi, Ugo Reynes, J.F Frisch .... D’autre part, il aborde le répertoire contemporain avec des œuvres écrites spécialement pour lui par des compositeurs comme Jean-Marc Toillon, Omar Yagoubi, Dea Loher, Michel Smith, Michel Bosc, Jacques Derégniocourt, Julien Bros, Philippe Forget...
Depuis l’an 2000, il tourne en duo avec James Bowman Pastime with good compagny, récital de musique de cour anglaise (Henry XIII, Byrd, Dowland...) ainsi que quatre autres programmes de duos pour deux contre-ténors Blow/Purcell /Monteverdi /Schütz / Haendel / Pergolese avec son ensemble, avec continuo ou orchestre La Cathédrale Invisible qu’il a fondé en 1995 (labélisé par le Conseil général du Nord). On l’entend dans de nombreux récitals dont : Musique française jésuite en duo avec Bernard Delétré, musique anglaise J. Dowland avec luth et récitant sur les sonnets de Shakespeare, récital à Genève avec Fabian Schoffrin, Duo mise en miroir du baroque au contemporain avec James Bowman et l’Orchestre de Lyon dirigé par P. Fournier (Lille, Lyon, Oxford, Bournemouth...). Récital Vivaldi Pergolesi avec l’Orchestre de République Tchèque, création contemporaine, dirigé par Paolo Gato. Récital sur l’art des castrats. Récital avec l’orchestre baroque de Toulouse dirigé par Michel Brun, notamment à St Guillhem le désert et à l’abbaye de Sylvanès...
Il donne également son concours aux oratorios dont : Les Méditations pour le temps du carême, Requiem de Charpentier dir. Guy Van Wass au Luxembourg , à Fribourg dir P.G Roubati le Te Deum, messe de l’homme armé et Le miroir des siècles, Sacra Motteti, Maîtres sonneurs avec l’ensemble A Sei Voci et Thierry Escaich, Lessons de tenèbres de Couperin avec Jean Louis Charbonnier, Nisi dominus et gloria de Vivaldi Dir. Hugues Reiner à Paris, Fiesta Criolla, Puebla de Los Angeles et les Selva morale (enregistré) avec Gabriel Garrido à Paris, Ambronay, Valadolid, Anvers, avec la Sfera Harmoniosa Dir Mike Fentros, Les Vêpres de Monteverdi au Festival d’Utrecht, Arvo Part sous la direction de Jordi Saval à Paris, Requiem et Messe en ut de Mozart avec l’Orchestre européen dirigé par Hugues Reiner, Les Passions St Jean, St Mathieu, Le magnificat, la Messe en sib m, Les Motets de J.S Bach avec Pierre Cao, D. Simonet, M. Lefevre et D. Sourisse, Ugo Reynes, ainsi que Le Messie , le Nisi et le Dixit Dominus de Haendel, un programme de musique sacrée italienne Durante, Caldara, Astorga ainsi que Jephté, Jonas et Vanitas de Carissimi ; Motets et Messe de Charpentier avec Paul Colléaux, le Stabat Mater et Nisi Dominus de Vivaldi et Salve Regina de Pergolese à la Sainte-Chapelle-Paris ainsi qu’à Lille, inauguration de l’exposition Botticelli et le Titien au Musée Présidentiel du Sénat, et à l’Assemblée nationale avec l’ensemble Les Cours européennes et La Cathédrale invisible dirigé par Gael de Kerret avec enregistrement de CD et DVD...
Il a participé également à de nombreux enregistrements et captations télévisuelles ou radiophoniques dont Le-jeune, Desmaret, Charpentier, Pamart, Astorga, Palestrina, Gabrielli, Gouzes, Monteverdi, Pergolesi, Landi, Banchieri...
Il interprète le rôle du cygne dans Carmina Burana de Carl Orff, le rôle de Miles dans l’oratorio Mors Saûlis et Jonathae de Charpentier à la chapelle royale du Château de Versailles, Fairy Queen de Purcell en scène... Interprète et enregistre le rôle de Mercure dans La Mort d’Orphéo opéra de Landi Dir : F. Lasserre, chante a capella, joue et danse dans le spectacle Trans-(e), spectacle en duo avec un artiste de cirque aérien Romain Guimard mis en scène par Lydie Doléans (en tournée), danse dans Parades et changes d’Anna Alprin, chante à l’Opéra de Paris et au Châtelet direction Marc Minkowski, Iphigénie de Gluck, Didon et Aené de Purcell, chante La Cantate de l’Apocalypse de A. Gouses pour le couple royal à Bruxelles ainsi qu’en tournée dont Sylvanès, interprète Niréno dans Jules César de Haendel dirigé par Christophe Rousset à Rome, le rôle de l’Amour dans l’opéra À l’ombre du grand arbre, création de R. Clerc à Genève , Ottone dans Ottone in Villa de Vivaldi dirigé par Gérard Lesnes, Le Génie dans l’Astrée de Philippe Colasse dirigé par Patrick Bismuth, les vêpres della beata virgine au Chatelet dirigé par J.C. Spinosi...

retour en haut...


Sabrina Colomb
Sabrina Colomb débute sa formation musicale à l’âge de six ans en travaillant la flûte traversière au Centre d’Art Culturel et Musicale de Nice. Cette pratique instrumentale, l’amène très vite à intégrer un cursus scolaire spécialisé au Lycée Guillaume Apollinaires où elle obtiendra son diplôme du baccalauréat en 2001. Durant trois ans, elle approfondit ses connaissances musicales mais aussi sa pratique du solfège et de l’analyse. À la fin de ces études, elle entame ses premières années de chant, et se forme avec la soprano Elizabeth Vidal et son mari André Cognet pendant plus de cinq ans. Elle devient en 2008 pensionnaire au Centre d’Art Lyrique de la Méditerranée où elle participe à divers Master Class. Parallèlement à cette formation, elle remporte un troisième prix à l’unanimité catégorie opéra au Concours de Béziers sous la présidence de Me Viorica Cortez, puis l’année suivante au concours de Bordeaux présidé par Mr Michel Plasson.
Cependant, c’est en Italie qu’elle obtient ses premiers engagements professionnels. En effet l’Accademia Musicale di Palermo l’engage dans diverses productions telles qu’un spectacle contemporain où elle est l’unique soprano au côté de la danseuse étoile de l’opéra de Paris Eleonora Abbagnato accompagnées par l’orchestre philharmonique de Palerme. Quelques mois plus tard, elle renouvelle un second engagement et participe à un récital pour le concert du nouvel an. Dirigée par le chef d’orchestre Franck Ledy et soutenu par les musiciens de la philharmonie de Palerme, elle y interprète : Juliette, Musetta ou bien encore voix de printemps de Strauss. Grâce à son agilité mais également son étendu vocal, on lui propose des œuvres d’une grande diversité musicale lui permettant d’interpréter avec aisance dans les versions orchestrales: le Gloria de Vivaldi lors du festival d’Erice en Sicile. Mais aussi Le Stabat Mater de Poulenc ainsi que le Dixit Dominus d’Händel à Nice sous la direction d’Avner Soudry. Ou bien encore Carmina Burana de Carl Orff pour l’association Trialogue.
En 2010, elle quitte le comté niçois et se perfectionne auprès de Me Evelyne Brunner avec laquelle elle travaille sa technique et son interprétation durant trois ans. Elle retourne en Italie en 2012 pour interpréter l’Elixir d’Amour de Donizetti dans la version orchestral au théâtre d’Agrigento et incarne avec malice, fraicheur et sensibilité le personnage d’Adina. En juin 2013 elle est lauréate à l’unanimité avec félicitation du jury d’1er prix au concours international Alain Fondary à Nîmes. Cette récompense lui permet en août 2013 de participer à un récital dans le cadre du festival du Grand Avignon sous la direction d’Aymeric Cabley.

retour en haut...


 

Mario Hacquard
Mario Hacquard commence le chant par le grégorien à l’École César-Franck; il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et y remporte plusieurs premiers prix puis est reçu à l’unanimité à l’École d’Art lyrique de l’Opéra de Paris. Ses maîtres ont été Jacques Jansen et Gabriel Bacquier pour l'Art lyrique, Anna-Maria Bondi pour le Bel Canto, Rita Streich pour le répertoire mozartien, Elisabeth Grümmer pour le répertoire allemand et Geneviève Joy-Dutilleux pour la musique de chambre. Mario reçoit le Prix Ravel et Prix Jacques-Ibert au concours international de la Mélodie française.
Baryton, il chante, sur les scènes européennes et au Canada, en Israël, au Japon, en Algérie, les opéras de Mozart, Haydn, Cimarosa, Rossini, Puccini, Massenet, Offenbach, Fauré, Britten, Milhaud, Bernstein, Aperghis... et les oratorios de Monteverdi, Bach, Haendel, Brahms, Mendelssohn, Berlioz, Fonscolombe, Saint- Saëns, Dvorak, Schönberg...
Il a enregistré de nombreux disques (Lieder, mélodie française, musique russe, chanson, opéra, grégorien, oratorio).
Egalement acteur, Mario Hacquard a travaillé la comédie avec Julien Bertheau à l'Opéra-Studio. Il tourne pour le cinéma (avec Jean Chérasse La Marseillaise, Olivier Dahan La Môme, John Erick Dowdle Catacombes, Laurent Heynemann La Rupture, Joe Wright Darkest Hour...) pour la télévision (Les Hommes de l'ombre, La Peau de chagrin, Un Plat dur à avaler, Nos Années pension, Un Grand-père exemplaire, Abus de confiance, La Folle Histoire de Monsieur Poivre...) ou pour les rappeurs (clips de Sefyu et de Tunisiano).

retour en haut...


Thierry Martin
Thierry Martin est organiste de la cathédrale d’Alès depuis 1975. Il a enregistré auprès de la firme Coriolan deux disques consacrés à la musique d’orgue à la fin du XVIIIe siècle français ainsi qu’à des pages romantiques de César Franck et Mendelssohn.

Maurice André a confié à son ami alésien Thierry Martin le soin de réaliser l’écriture et la mise en forme des journées d’entretien au cours desquelles il s’est longuement exprimé sur sa vie et son métier d’interprète.

Membre correspondant de l’Académie de Nîmes, il assure des communications littéraires au sein de cette société savante. Il consacre une large partie de son temps à l’enseignement musical à l’Institution Bellevue d’Alès et nourrit des rubriques culturelles régulières dans les colonnes du quotidien d’informations Midi Libre.

Né à Alès (Gard) le 26 mars 1952

retour en haut...


Luc Antonini - Orgue
Né en 1961 à Avignon, Luc Antonini commence des études musicales dans sa ville natale
(médaille d’or de piano – classe d’Yves-Marie Bruel – et d’orgue – classe de Lucienne Antonini ) avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient six Prix ( harmonie – classe de Jeanine Rueff – contrepoint – classe de Jean-Claude Henry – fugue – classe de Michel Merlet – orchestration – classe de Marius Constant et Janos Komives – et analyse – classe de Betsy Jolas) dont celui d’orgue à l’unanimité, dans la classe de Rolande Falcinelli. Il débute très vite une carrière de concertiste qui le mène dans les plus grandes villes d’Europe et dans les festivals les plus prestigieux.
Il enseigne l’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier-Agglomération. Il est également titulaire de l’orgue Barker et Verschneider de la Collégiale Saint-Agricol d’Avignon, et co-titulaire de l’orgue doré italien de la Métropole Notre-Dame des Doms à Avignon.
Il tient régulièrement la partie d’orgue d’œuvres symphoniques avec différents orchestres, notamment l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence et bien d’autres. Fondateur et Président de l’Association Orgue en Avignon et directeur artistique du Cycle de Musiques Sacrées du Festival d’Avignon il contribue ainsi à la mise en valeur et au rayonnement du Patrimoine Historique des orgues d’Avignon et de sa Région. Son vaste répertoire lui permet d’aborder une littérature très variée du 17ème siècle à nos jours. Il vient de donner plusieurs concerts en interprétant l’intégrale du « Livre d’Orgue » d’Olivier Messiaen.
Il a enregistré plusieurs tomes de l’œuvre intégrale pour orgue de Johann Sebastian Bach et l’œuvre intégrale pour orgue de Johannes Brahms. Il a aussi participé aux anthologies « Toutes les couleurs de l’orgue » et « Nouvelles couleurs de l’orgue ».

Luc Antonini est aussi compositeur. Il a écrit plusieurs messes, ainsi qu’une série de pièces pour orgue soliste intitulées « Dialogus », pour lesquelles il a obtenu en 2006 le prix Gaston Litaize (concours de composition de Saint Bertrand de Comminges). Il a écrit une œuvre pour quintette à vent et piano, qui a été créée en 2008 à Avignon dans le cadre des commémorations du Centenaire de la naissance d’Olivier Messiaen.

Il a orchestré les Trois Danses pour orgue de Jehan Alain, créées par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse dans le cadre du Festival 2007 Toulouse les Orgues. Une nouvelle version de cette orchestration sera créée en mars 2011 par l’Orchestre National d’Ile de France dans le cadre de la Commémoration Nationale de la naissance de Jehan Alain à Saint-Germain- en-Laye.

Les Trois pièces pour orgue, Prélude, Interlude et Postlude d’après la messe Lux et Origo viennent d’être éditées aux éditions Doblinger à l’initiative de European Cities of Historical Organs dans le recueil intitulé Nuovi Fiori Musicali.

retour en haut...


 

Marie-Claude CHEVALIER
Chef d'Orchestre - Chef de Chœur

Une formation de haut niveau

Après de brillantes études à l’’ Ecole Normale de Musique de Paris, où elle obtient sa licence de piano dans la classe de Reine GIANOLI, elle est reçue au CONSERVATOIRE NATIONAL SUPERIEUR DE MUSIQUE DE PARIS et y remporte les premiers prix d’harmonie et d’accompagnement, dans la classe d’Henriette PUIG-ROGET. Elle se perfectionne, ensuite, avec Pierre SANCAN, compositeur et professeur au CNSM de Paris.

Une carrière internationale
Poursuivant sa carrière en soliste ainsi qu’au sein de différentes formations de musique de chambre, elle donne alors des concerts pour les radios et télévisions viennoises et françaises
Elle effectue de nombreuses tournées en Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Hongrie, Italie, Suisse, aux Canaries, aux Etats-Unis, etc.
D’abord assistante dans la classe de Lieder très réputée de Paul SCHILAWSKI au MOZARTEUM DE SALZBBURG, elle est nommée au CONSERVATOIRE NATIONAL SUPERIEUR DE MUSIQUE DE PARIS au poste d’assistante de chant et d’art lyrique.
Des enregistrements reconnus
Marie-Claude CHEVALIER obtient le prix du disque de l’Académie Charles CROS, en 1976, où sa brillante technique et son lyrisme sont reconnus par l’enregistrement du Trio de Georges Migot.
Privilégiant la musique baroque, elle se consacre également à la musique contemporaine en créant des œuvres d’’Antoine Tisné, notamment avec l’enregistrement, en 1984, de Bocéphal pour deux pianos et du Trio pour violon, violoncelle et piano. En 1986, elle effectue un enregistrement du Concerto pour piano et orchestre à vent d’Igor Stravinsky.
Une brillante carrière de chef d’orchestre et de chef de chœur
En 1983, elle crée son propre Ensemble instrumental, complété, en 1987, par un Ensemble vocal d’une vingtaine de choristes : c’est le naissance du groupe RES FACTA. Ces deux formations vont donner de nombreux concerts en France et à l’étranger.
En 1987, elle réalise avec l’ensemble RES FACTA l’’enregistrement numérique du motet De Profundis, Psaume 129 de Michel-Richard Delalande, souligné par la presse d’une critique élogieuse d’Alain Duault.

Depuis 1987, elle dirige le CHŒUR DE LOZERE, patronné par le Conseil Régional du Languedoc Roussillon et le Conseil Général de la Lozère.

En 1989, elle est nommée pour la Lozère, Professeur de technique vocale au CENTRE D’ETUDES POLYPHONIQUES ET CHORALES DU LANGUEDOC.

En novembre 1994, elle devient Directeur Musical de la CHORALE UNIVERSITAIRE DE CLERMONT-FERRAND.
En septembre 1996, elle succède à Louis MARTINI, fondateur de la Chorale des Jeunesses Musicales de France, à la Direction du CHŒUR LOUIS MARTINI.

En février 2000, elle succède à Roland CARLOT, à la direction de l’ENSEMBLE POLYPHONIQUE DE NIMES, et au cours de la même année, elle crée à Nîmes, l’ensemble vocal CANTO NUOVO.

L’animation de ces nombreuses formations nécessite une activité intense de la part de Marie-Claude Chevalier, qui parvient ainsi à regrouper plus de 150 choristes et jusqu’à 80 musiciens selon les œuvres interprétées, qui sont toujours d’une grande ambition, poussant ainsi les différents interprètes à se surpasser, avec au final de remarquables réussites énumérées plus loin.

Marie-Claude Chevalier a reçu à Mende en 2009 le Genêt d'Or. Ce prix, créé en 1982 à l’initiative du Conseil général et de l’amicale des Lozériens de Paris de la Lozère.
Elle a été nommée en 2015 Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres.

retour en haut...


L’ENSEMBLE POLYPHONIQUE DE NIMES

Fondé en 1973 et dirigé par Roland CARLOT jusqu’en Janvier 2000, l’E.P.N. a collaboré avec des chefs d’orchestre et des musiciens professionnels renommés tels que : J.F. Paillard, S. Caillat, J. Gouzes, B. Verdier, A. Charron et L. Jean-Baptiste. A noter particulièrement :
en 1996, l’interprétation de la messe du XXIème siècle de J. LOUSSIER en présence du compositeur
une tournée en Tchécoslovaquie avec la mette en Ré de DVORAK. A Prague, à l’issue du concert l’E.P.N. fut invité à ’Ambassade de France pour son excellente prestation dans la cathédrale. Concerts d’honneur et de clôture aux Choralies de Vaison-la-Romaine
Depuis Février 2000, l’Ensemble Polyphonique de Nîmes est dirigé par Marie-Claude CHEVALIER
CONCERTS REALISES DEPUIS 2000

CARMINA BURANA de CALR ORFF en version originale : 2 pianos, percussions, jeux de scène et costumes d’époque ; plusieurs concerts en collaboration avec le Chœur de Lozère et le Chœur Louis Martini de Paris.
LE REQUIEM ALLEMAND de JOHNNES BRAHMS en avril 2001
STABAT MATER d’ANTONIN DVORAK en Décembre 2001. Concert de clôture de l’Automne Musical de Nîmes et à l’Eglise Saint-Séverin à Paris.
MESSE DU COURONNEMENT de MOZART : été 2002 à Nîmes, Marvejols, Florac et Anduze.
REQUIEM d’ANTONIN DVORAK le 15 Décembre 2002. Concert de clôture de l’Automne Musical de Nîmes
REQUIEM de MOZART le 23 Mars 2003 à l’église Sainte Perpétue de Nîmes, également Concert à Montpellier et à Pézenas.
TE DEUM d’HECTOR BERLIOZ en Décembre 2003. Concert de Clôture de l’Automne Musical de Nîmes.
LE REQUIEM de GIUSEPPE VERDI en juillet 2004. Collégiale Saint-Jean de Pézenas
MESSA DI GLORIA de GIACOMO PUCCINI le 22 Juillet 2005. Collégiale Saint-Jean de Pézenas
TE DEUM d’HECTOR BERLIOZ en été 2005, à Paris, Mende et Clermont-Ferrand, en collaboration avec le choeur Louis Martini de Paris et le Chœur de Lozère.
LE MESSIE de GEORG FRIEDRICH HAENDEL en Décembre 2005. Concert de clôture de l’Automne Musical de Nîmes.
LA GRANDE MESSE en UT de MOZART en Juin 2006 à NIMES
LE ROI DAVID d’ARTHUR HONEGGER en Décembre 2006.
GLORIA et LAUDA JERUSALEM de VIVALDI en Mars 2007.
SOLOMON de HAENDEL en Décembre 2007.Concert de clôture de l’Automne Musical de Nîmes.
Messe en UT et 9ème Symphonie de BEETHOVEN en Mai 2008 à NIMES.
Messe en SI de BACH en décembre 2008 concert de clôture de l’Automne Musical de Nîmes.
UN REQUIEM ALLEMAND de BRAHMS en décembre 2009 concert de clôture de l’Automne Musical de Nîmes
REQUIEM de FAURE en avril 2009,
PASSION SELON ST-JEAN de J.S.BACH

retour en haut...


LE CHŒUR DE LOZERE

Présidente : Gilles GOILLON
Directeur Artistique : Marie-Claude CHEVALIER

Historique

Le Chœur de Lozère est né en 1983, à l'initiative du Festival Méditerranéen et de la Fédération Départementale des Foyers Ruraux, et a travaillé de 1984 à 1987 sous la direction de Jean-Michel Condamine.

Il réunit des choristes très motivés, habitués dorénavant à se produire bien sur en oratorio, mais aussi en spectacles avec costumes et mises en scène.

Le chœur est constitué en Association Loi de 1901, et donc géré par un Conseil d'Administration.

Le fonctionnement du Chœur de Lozère n'est possible qu'avec l'aide et les subventions que lui apportent le Conseil Général de la Lozère et les communes partenaires telles que Mende.

Il a un répertoire éclectique et propose des concerts dans toute la France mais surtout dans la région Languedoc-Roussillon.

Depuis plusieurs années, il est l'hôte privilégié des églises de la Madeleine et Saint-Roch à Paris, de la Collégiale Saint-Jean de Pézenas, de Notre Dame du Port à Mont Ferrand, de la Cathédrale de Mende, de l'Automne Musical de Nîmes, et des animations musicales du Carladez (Aveyron).

A l'instigation de son Chef de Chœur, Marie-Claude Chevalier, le chœur participe à des créations, et des évènements originaux : il a donné en exclusivité le Psaume 138 d'Antoine Tisné, il a clôturé les Jeux Méditerranéens dans les Arènes de Nîmes, en interprétant la Coupo-Santo, il a assuré des concerts en Allemagne et en Italie dans le cadre des jumelages de la Ville de Mende avec Wunsiedel et Volterra, et se produit régulièrement lors de la cérémonie des vœux de la municipalité de Mende. Il offre également des concerts au profit d'œuvres ou de causes particulières.

Marie-Claude Chevalier, chef et directrice artistique du Chœur dirige l'Orchestre Sinfonietta pour les concerts, ainsi que des solistes de renommée internationale venus apporter leur concours, issus des Opéra de Londres, Paris ou Montpellier : Bertrand Dazin, Mario Hacquard, Edwin Crossley-Mercer, Christophe Einhorn, Yves Faurie, Charles Brett, Paul Eswood, Robert Dumé...

Depuis quelques années, le chœur travaille chaque année sur un double programme : d'une part une ou plusieurs œuvres classiques, en oratorio, et d'autre part un spectacle (opéra ou opérette) avec mise en scène et costumes. Cette souplesse permet de pouvoir assurer des concerts dans toutes sortes de lieux et de configurations. (Eglises, Temples, salles polyvalentes...)

Concerts réalisés

En 2010 REQUIEM de FAURE, La PASSION SELON- ST JEAN de J.S.BACH
En 2009 UN REQUIEM ALLEMAND de BRAHMS
En 2008 GLORIA de VIVALDI , LA MESSE en si de J.S.BACH
En 2007 SOLOMON de HAENDEL (Mende – Nîmes)
En 2006 LA GRANDE MESSE EN UT de MOZART (Mende –Nîmes – Pèzenas) GLORIA MAGNIFICAT de VIVALDI (Région Languedoc-Roussillon)
EN 2005 MISSA DI GLORIA de PUCCINI TE DEUM de BERLIOZ MESSIE de Haendel
En 2004 TE DEUM de BERLIOZ REQUIEM de MOZART REQUIEM de VERDI (Paris, Nîmes, Sète, Mende) CANTATE 21 de BACH – LAUDA JERUSALEM de VIVALDI NOCTURNES de MOZART
En 2003 REQUIEM DE MOZART (Mende – Nîmes – Clermont Ferrand- Paris) GLORIA – MAGNIFICAT – A. VIVALDI
En 2002 CARMINA BURANA de Carl ORFF (Paris – Nîmes – Mende) MESSE du COURONNEMENT de MOZART REQUIEM de MOZART REQUIEM de DVORAK
En 2001 CARMINA BURANA de Carl ORFF (théâtre de Nîmes, Cirque d’Hiver PARIS) MESSE de F. SCHUBERT CINQ CHÅ’URS RELIGIEUX de Salomone ROSSI STABAT MATER de DVORAK
En 2000 CARMINA BURANA de Carl ORFF (La Grande Motte) JUDA MACABEE de HAENDEL

retour en haut...


COMITÉ D’HONNEUR

M. Jean-Paul FOURNIER - Maire de Nîmes
Mme. Sophie ROULE - Adjointe déléguée à la Culture
Mme. Carole DELGA - Présidente du Conseil Régional
M. Denis BOUAD - Président du Conseil Départemental du Gard

 

LES SPONSORS :

LA VILLE DE NÎMES
LE CONSEIL DEPARTEMENTAL DU GARD
LA RÉGION LANGUEDOC ROUSSILLON
LA FNAC
RADIO BLEU GARD LOZÈRE
NOVOTEL
BANQUE POPULAIRE DU SUD
MAIF
CAISSE D 'EPARGNE


retour en haut...